Le 31 octobre 2016, le Togo sera examiné par le mécanisme de l’examen Périodique Universel (EPU) du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies dont le Togo fait partie. Ce sera la deuxième fois que le Togo que la situation des droits de l’homme au Togo sera passée au peigne fin par ses pairs. Le précédent examen remonte au 6 octobre 2011.

A cette occasion, l’ensemble de la société civile se mobilise pour demander aux autorités togolaises non seulement un engagement renforcé mais également une volonté politique réaffirmée au service de la mise en œuvre des recommandations. Un appel à l’action est lancé à l’endroit du Togo et de ses partenaires en développement.

L’appel est destiné à améliorer le cadre législatif, institutionnel et opérationnel de mise en œuvre des recommandations. Il vise également à interpeller le gouvernement togolais sur la nécessaire amélioration des pratiques dans différents domaines, que se soient notamment la prise en charge des enfants en difficulté, la promotion des droits des femmes et leur autonomisation, la protection de l’environnement, l’accès à l’éducation et à la santé, la gouvernance démocratique, l’administration de la justice et autres.

Par ailleurs, l’appel est également lancé à l’endroit des Etats qui coopèrent avec le Togo, des organisations internationales, des agences et fonds des Nations Unies et de tous autres organismes qui apportent un appui financier ou technique au Togo. Leur contribution dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de l’EPU est fondamentale car la société civile considère, par exemple, qu’un Etat qui a formulé une recommandation lors de l’examen du Togo, a un intérêt particulier à ce que sa recommandation trouve une application pleine et entière, ce qui l’engage dans un partenariat avec le Togo pour la mise en œuvre.

Cependant, la responsabilité de respecter, de protéger et de réaliser les droits de l’homme au Togo incombe au premier chef à l’Etat togolais. Il devrait tout mettre en œuvre pour que les recommandations du 1er et du 2ème cycle soient pleinement mises en œuvre.

C’est pourquoi la société civile togolaise lance la Campagne « EPU26 Togo » qui comprend l’adhésion et la signature de l’Appel à l’action par les associations, les ONG, les syndicats et les corporations ainsi que et d’autres actions à l’endroit des Etats, des organisations internationales et des médias.

Vous souhaitez signer l’Appel, envoyez-nous le nom de votre organisation, y compris en sigle, les noms et prénoms de la personne de contact et son adresse, ainsi que votre logo au [email protected]

Pour aller plus loin : Le texte de l’Appel à l’action