QUAND LES DROITS DE LA FEMME SONT RESPECTES, LA SOCIETE VA MIEUX

La Synergie d’Actions pour un Développement Approprié (SADA) est une association qui vise à assurer le bien- être socio-économique et moral des populations pauvres des banlieues des villes et du monde rural au Togo. Elle est membre de CICREDHO. Ses actions sont axées sur le développement communautaire avec l’exploitation des ressources locales disponibles. Elle encourage la participation active de la population et plus particulièrement celle des femmes.

SADA intervient suivant quatre axes pour assurer l’accès aux droits des filles et des femmes :

L’éducation des jeunes filles

Chaque année SADA apporte à une cinquantaine d’enfants, notamment des filles, un appui à la scolarité. SADA encourage l’excellence des filles en milieu scolaire en parrainant notamment les cinq premières filles de chaque classe. L’objectif visé est de motiver ces filles et les maintenir  à l’école malgré l’absence des moyens des parents et de leur permettre d’achever leurs études. Ce programme de parrainage-bourse a besoin de soutien pour être poursuivi. L’abandon scolaire des filles malgré elle, à cause du dénuement des parents, est à l’origine de plusieurs violations de leurs droits, comme l’exploitation sexuelle et économique.

Si la poursuite scolaire n’est pas possible, pour diverses raisons, SADA s’évertue à assurer aux filles identifiées comme en situation de vulnérabilité l’apprentissage d’un métier pour la vie. SADA met en place un cercle vertueux. Les filles ayant bénéficié du soutien de SADA deviennent à leur tour des soutiens pour d’autres filles.

L’alphabétisation des femmes adultes

L’alphabétisation est une solution de rattrapage et de liberté pour celles qui n’ont pu aller à l’école. C’est pourquoi à partir de 2012, SADA a ouvert des centres d’alphabétisation pour femmes à Gapé et à Avédji à Lomé. Les cours sont dispensés en Ewé puis en français. Ensuite vient l’initiation à l’outil informatique à la fin du programme de français.

La formation des femmes sur leurs droits

L’éducation aux droits des femmes et le fil conducteur de cet axe. Les formations sont assurées par des parajuristes de manière individualisée. Les femmes bénéficiaires sont informées de leurs droits, notamment dans le Code des personnes et de la famille, des recours lorsque leurs droits sont violés et de l’assistance qu’elles peuvent apporter les unes aux autres.

Des causeries sur le genre permettent de déconstruire des stéréotypes sociétaux et de faire prendre conscience aux femmes de leurs droits. Cela participe du changement du statut social recherché pour les femmes dans les communautés, notamment rurales.

La célébration de la journée internationale de la femme rurale ponctuée de multiples activités contribue à faire évoluer les mentalités.

La création et la gestion des activités génératrices de revenus (AGR)

Chaque année, SADA procède au renforcement des capacités des femmes en matière de la gestion financière et comptable des AGR. Certaines femmes sont connectées à des institutions de micro-finances pour de micro-crédits. De plus en plus, SADA travaille en partenariat avec des groupes de femmes CECI (Communauté d’Epargne et de Crédit Interne) mis en place par l’OCDI-Lomé. C’est un projet qui initie les femmes à l’épargne-crédit dans chaque village et géré par les groupes eux-mêmes. SADA intervient en matière d’éducation financière et sanitaire.

Pour l’autonomisation des femmes, SADA a installé des moulins.

Pour plus d’infos sur SADA :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Nom *
Adresse de contact *
Site web