Pour accompagner le processus de mise en œuvre des recommandations de l’Examen Périodique Universel (EPU), CICREDHO vient en appui aux acteurs impliqués avec une feuille de route pratique.

 EPU : TOUT POUR LA MISE EN ŒUVRE

Il ne fait aucun doute que le processus de mise en œuvre des recommandations de l’Examen Périodique Universel (EPU) est une étape décisive. En effet, l’amélioration attendue de la situation des droits de l’homme passe par l’adoption par les autorités de mesures législatives, programmatiques, réglementaires et administratives et autres ainsi que le changement des pratiques pour donner effet aux recommandations.

Processus participatif, l’EPU offre l’opportunité aux acteurs, y compris aux organisations de la société civile (OSC) de jouer un rôle majeur notamment dans le processus de supervision de la mise en œuvre des recommandations. Le Centre International de Conseil, de Recherche et d’expertise en Droits de l’Homme (CICREDHO) a mobilisé plusieurs ONG, réseaux d’associations, coalitions, plateformes et collectifs autour de mesures, étapes, actions, engagements des acteurs impliqués, en commençant par l’Etat togolais, responsable au premier chef de l’application des recommandations acceptées. Une feuille de route a été ainsi développée pour accompagner la mise en œuvre.

FEUILLE DE ROUTE EPU PROPOSEE

Elle propose aux OSC des pistes d’action depuis l’examen le 31 octobre 2016 jusqu’à la phase de mise œuvre et son évaluation, en passant par l’adoption définitive du document final EPU en mars 2017 au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Il en va de même pour le gouvernement togolais et ses institutions, y compris décentralisées, en terme de dispositif de traduction dans les faits des recommandations acceptées. S’agissant des partenaires du Togo, la feuille de route explore les différentes formes d’appui qu’ils devraient envisager d’apporter au Togo.

RENFORCER LES ECHANGES AUTOUR DE L’EPU

CICREDHO se met au service des acteurs (Etats, partenaires du Togo, institutions académiques et OSC) pour partager son expertise technique. Le Centre est disponible à offrir son expertise et son expérience aux acteurs, y compris l’Etat, qui le souhaitent.

Pour aller plus loin :